Archives de catégorie : Communication de marque

Pourquoi réaliser une refonte de son site internet ?

Pourquoi réaliser une refonte de son site internet ?

La refonte d’un site Internet, c’est une modification de la structure et du design d’un site Web, qui peut être soit partielle, soit totale.

De nos jours, le web et les solutions informatiques sont en évolution constante. Ces changements rapides doivent être pris en compte par les sociétés afin d’être toujours dans la course et ainsi être visible de tous. Les sites internet se doivent d’évoluer au fil des années mais surtout des tendances tout comme la mode, la musique afin de ne pas être mis de côté par les moteurs de recherche et donc à terme les utilisateurs.

Votre entreprise connait des changements et est sujet à de nouvelles stratégies de développement, de communication, il faut impérativement que votre site internet l’accompagne dans ces modifications.

A savoir également que le temps de vie d’un site internet est d’environ deux ans, dans son design, sa structure mais aussi son contenu !

Mais pour quelles autres raisons ?

Améliorer votre classement et être plus visible dans les moteurs de recherche dans Google pour avoir plus de visibilité

Les algorithmes de classification des moteurs de recherche, et notamment Google, changent constamment et leurs critères de classement sont adaptés en fonction des tendances du Web.

L’optimisation d’un site passe par plusieurs facteurs importants : une bonne accessibilité des contenus, un codage sémantique, la mise en place d’une arborescence optimisée, un maillage interne des pages et un ajout de contenus réguliers. Mais les facteurs externes jouent également un rôle non négligeable qui vont impacter fortement son classement dans les moteurs de recherche. Le nombre et la qualité des liens entrants, les signaux apportés par les réseaux sociaux sont autant de facteurs d’influence positifs.

 L’accessibilité sur smartphones et tablettes jouent également un rôle important.

Proposer un site responsif

Résultat de recherche d'images pour "SITE RESPONSIF"

Aujourd’hui, le monde est connecté : nous pouvons commencer une tâche sur un ordinateur et la reprendre lors d’un déplacement sur une tablette ou un smartphone. Avoir accès à tout type d’information partout devient indispensable.

Un site web se doit donc d’être adaptable, d’être responsive, pour offrir à l’utilisateur la meilleure expérience web possible où qu’il soit.

 Se démarquer de la concurrence

Il peut être utile, avant de faire la refonte de votre site Internet, de réaliser un audit et d’analyser la concurrence. Ainsi il sera possible de s’en inspirer pour ajouter de nouvelles fonctionnalités mais également d’en intégrer de nouvelles dont ils ne disposent pas !

Il est essentiel de se démarquer pour éviter toute ressemblance et ainsi devenir unique et essentiel aux yeux de vos consommateurs.

La refonte du site infinités

Le site de l’agence Infinités change régulièrement d’aspect afin d’être à la pointe des dernières tendances en matière de technologie et de web design. Notre site internet est notre vitrine et permet de vous montrer notre savoir-faire, de vous expliquer notre métier.

Notre tout dernier site se veut totalement différent avec plus d’animations et d’exemples de cas clients, permettant ainsi une mise en avant de nos compétences, de notre créativité mais aussi des actions menées !

Et vous ? Avez-vous mis votre site internet à jour depuis deux ans ?

Aline Weber – Agence INFINITÉS Communication

Ne pas se lancer en solo : un des nombreux avantages de la franchise !

Ne pas se lancer en solo : un des nombreux avantages de la franchise !

Se lancer, trouver l’idée innovante, créer sa société, faire des démarches administratives, plus d’une étape et une montagne de questions avant de devenir entrepreneur. Aujourd’hui, les concepts innovants ont du mal à dans un marché de plus en plus concurrentiel où les grandes marques occupent tout l’espace. Mais parfois l’envie de devenir son propre patron est la plus forte !

se lancer en Franchise

Représenté en France par plus de 1 900 réseaux, sur 100 secteurs d’activités différents et affichant un chiffre d’affaires de 55 milliards d’euros, le secteur de la franchise est en pleine expansion. La Franchise en France, c’est également près de 70 000 franchisés, 71 508 points de vente et environ 618 000 emplois (source de la Fédération Française de la Franchise – 2016). Ce modèle économique offre toujours de belles opportunités aux personnes qui n’osent pas se lancer seules.

Pourquoi se lancer en franchise ?

Plus sécurisant que d’entreprendre seul, la franchise offre un accompagnement quotidien. En effet, l’entrepreneur reste indépendant mais est accompagné par le franchiseur qui lui apporte un concept, un savoir-faire, une formation, un appui juridique, commercial et marketing. Il lui fait également bénéficier également d’une visibilité et une notoriété déjà établies ou travailler quotidiennement par une agence de relation presse.

La relation entre le franchiseur, détenteur du concept, et le franchisé repose sur un engagement des deux côtés, sur des droits et devoirs stipulés dans le contrat de franchise, le DIP et une charte déontologique européenne.

L’entrepreneur est donc à la fois indépendant dans la gestion de l’entreprise, mais accompagné par la tête de réseau, et au sein d’un collectif fort : une véritable aventure humaine et entrepreneuriale pérenne.

Quel est le profil des franchisés en 2018 ?

La 15ème enquête annuelle de la franchise Banque Populaire, en partenariat avec la Fédération française de la franchise, révèle le profil des acteurs majeurs de la franchise : les franchisés et franchiseurs.

Côté franchisés, l’âge moyen est d’environ 47 ans avec une première ouverture de point de vente vers 35 ans. Le revenu annuel net moyen des franchisés progresse de 4 % en 2018 pour atteindre 35 325 euros faisant suite à une hausse de 5 % déjà en 2017. La proportion de franchisés qui ont suivi des études supérieures (Bac + 2/3, Bac + 5 et plus) a progressé de 3 points à 56 %. 

En 2018, les femmes dans la franchise représentent 38% des franchisés.

Un modèle économique qui séduit de plus en plus les femmes

D’après une enquête réalisée par l’INSEE, environ 40 % des entreprises individuelles créées en France, ont été fondées par des femmes. Un chiffre encore loin d’une parfaite parité, mais qui permet toutefois de casser de nombreux préjugés véhiculés dans la société sur la création d’entreprise. L’entrepreneuriat est bel et bien accessible à tous, et les femmes n’hésitent plus à se lancer dans ce domaine. Parmi ces nombreuses femmes entrepreneuses, 38% ont opté pour le modèle de la franchise pour son coté plus rassurant et plus sécurisant. Si le modèle de la franchise est tant plébiscité par les femmes en France, c’est aussi parce qu’il offre plus de liberté. En effet, beaucoup de franchisées affirment avoir sauté le pas, motivées à l’idée de gagner une indépendance, mais aussi parce que la franchise permet de mieux concilier leur vie familiale et leur vie professionnelle.

Et vous ? Qu’attendez-vous pour vous lancer ? L’agence Infinités accompagne depuis plus de 20 ans les têtes de réseaux dans leur communication. Un accompagnement qui permet aux franchisés de pouvoir bénéficier d’une visibilité constante.

Aline Weber – Agence INFINITÉS Communication

Changer son image pour mieux correspondre à sa cible

Changer son image pour mieux correspondre à sa cible

Au vu de la concurrence actuelle, il est aujourd’hui essentiel de se démarquer des autres entreprises de son secteur avec notamment une identité visuelle correspondant au mieux à ses clients. Cependant cela n’est pas toujours évident, en particulier lorsque le réseau existe depuis longtemps, il est donc parfois bon de repositionner son image et de la modifier en conséquence pour être en adéquation avec son cœur de cible.

Faire sa place est de plus en plus complexe, car le nombre d’entreprises et notamment de concepts de franchise ont particulièrement augmenté ces dernières années. Il faut donc créer sa différence avec une communication impactante mettant en avant ses éléments différenciateurs. On ne peut plus attendre juste « susciter l’attente et le désir », aujourd’hui il faut se démarquer !

Fort de ce constat, des marques, présentes depuis de nombreuses années, ont décidé de mettre leur réseau au goût du jour.

Dernièrement on peut notamment citer Orpi, le réseau d’agences immobilières. En effet, la marque est en pleine mutation avec un nouveau logo, une campagne print et digital ainsi qu’une campagne de publicité TV totalement axée sur la proximité avec ses cibles, le bonheur partagé avec ces dernières et le conseil. Le but : souligner l’importance de choisir les professionnels les plus qualifiés pour mener à bien un projet immobilier. Dans la continuité, le changement de baseline « Des femmes et des hommes pour votre bien », met en avant le travail des agents immobiliers pour l’épanouissement des clients. Le discours a été retravaillé pour mieux s’adresser à la cible du réseau, tant via l’image que via la signature.

Autre exemple, plus classique, avec une marque habituée à dynamiser son image au travers de son identité visuelle : Tryba. Marque référente dans le secteur de la menuiserie, créée en 1980. Depuis le début de son histoire, la société Alsacienne a changé 5 fois de logo. La dernière refonte remonte à 2017, où la marque a adopté définitivement le sumo comme mascotte, modifié son logo, changé sa signature et lancé un nouveau concept d’Espaces Conseil. La refonte a été totale, pour que la marque soit encore plus près des clients et réaffirme sa proximité avec eux, la nouvelle baseline étant l’exemple parfait : « Tryba est là pour moi ».

Cependant un autre élément est à prendre en compte lorsque marque réalise la refonte de son identité visuelle : c’est de convaincre en interne ! En effet si les franchisés et les salariés adhèrent, la nouvelle identité bénéficiera d’un accueil particulièrement chaleureux, les changements sur les points vente seront réalisés plus vite et ils seront fiers de la faire découvrir autour d’eux (le fameux bouche à oreille) ! L’appartenance à la marque et le fait d’être dans la confidence de façon privilégier, en interne, plait, c’est un élément clé pour la réussite d’une nouvelle identité visuelle réussie !

En tant qu’agence nous avons pour rôle de sensibiliser nos clients sur ces points de communication externe, une marque vieillissante qui décline se doit réagir ! Le devoir de conseil est essentiel pour nous, afin que chacun de nos clients réussissent au mieux !

On pourra notamment bientôt vous parler de notre client Carrément Fleurs qui lui aussi va tout changer 😉

 
Chloé VANDYSTADT – Agence INFINITÉS Communication

La répétition dans la publicité est-elle la clé de la réussite ?

La répétition dans la publicité est-elle la clé de la réussite ?

Aujourd’hui, inscrire sa marque et se faire une place de choix dans l’esprit des consommateurs s’avère de plus en plus difficile et se démarquer parmi la concurrence existante relève d’un véritable challenge. Pour rester compétitif, il est nécessaire de mettre en avant ses arguments différenciateurs dans chaque type de communication entreprise. Afin de toucher un maximum de personnes et d’ancrer sa marque dans l’esprit et la mémoire de chacun, il est nécessaire de multiplier les canaux/moyens de communication et, ainsi, d’utiliser la répétition dans la publicité et ailleurs comme « arme ».

Intéressons-nous ici à l’importance de la fréquence de diffusion d’une même publicité. Sans publicité, tout comme sans relations presse et autre moyen de communication, il est difficile de s’inscrire dans les esprits, et sans répétition, une marque a peu de chance de s’y ancrer sur le long terme.

Malgré le fait que celle-ci puisse parfois agacer, elle demeure essentielle et efficace.

L’agence Infinités s’est donc intéressée :

aux avantages de la répétition dans la publicité :

  • Elle augmente de manière logique les probabilités de vues. Pour atteindre approximativement 95% des lecteurs d’une publication, Daniel Starch, psychologue américain et chercheur en marketing, a calculé qu’une annonce devra être répétée 13 fois si elle a été perçue par 20% des lecteurs lors de sa première diffusion ;
  • Elle favorise la mémorisation. Si l’on réalise une publicité pour des biens de consommation courante dont la vente est constante, la répétition doit être également régulière pour que le public pense en premier lieu à cette marque au lieu de penser à ses concurrents ;
  • Dans le cas du lancement d’un produit, la répétition sera indispensable et il est nécessaire d’investir en conséquence en publicité afin d’installer la marque progressivement dans l’esprit du public ;
  • Elle améliore l’image du produit ou du service. Au fil du temps, il a été démontré que les consommateurs exposés à un stimulus régulier apprennent à reconnaître ces marques et à les aimer. Mercurochrome avec son spot TV diffusé 3 fois de suite et Juvamine avec le slogan « Si ju va bien, c’est Juvamine », toutes deux marques anciennes, ont martelé leurs publicités dans les années 90 et sont toujours ancrées dans nos esprits ;
  • Elle augmente les ventes : à force d’exposer les consommateurs à une annonce, la marque s’imposera à eux spontanément et naturellement au moment de l’acte d’achat.

Et à la télévision….

Un cabinet conseil a testé des films publicitaires sur 125 « cobayes » et a mesuré l’impact de la répétition et du facteur temps dans la mémorisation des messages. Les résultats ont montré qu’il suffisait d’exposer les téléspectateurs à 4 diffusions hebdomadaires du spot publicitaire pour que celui-ci laisse une trace forte dans les esprits. En effet, 57% des personnes interrogées se rappellent du spot le lendemain (suite aux 4 diffusions), et 34% s’en souviennent encore 2 mois plus tard.

Sophie DE LEHVENFEHLT – INFINITÉS Communication

Comment modifier et redorer son image de marque ?

Comment modifier et redorer son image de marque ?

Image de marque et réputation

L’image de marque désigne l’ensemble des représentations et des jugements de valeur associés à une entreprise ou à une marque. L’image de marque se rapproche de la notion de « réputation ».
La concurrence est de plus en plus rude. Notamment si nous prenons l’exemple des enseignes au concept « prix bas », qui se multiplient de jour en jour : Babou, Gifi, Tati, Noz, Action… mais comment se mettre en avant parmi toute cette concurrence ? Face aux nouveaux venus, certaines doivent même redorer leur image et la moderniser. Comment s’y prennent-elles ?
Dans l’esprit des consommateurs, prix très bas est associé à mauvaise qualité. Ces magasins attirent au départ des personnes à faibles revenus. Si l’on souhaite atteindre une cible plus large, il est nécessaire de modifier son image de marque et la communication qui accompagne ce changement.
Mais, avant de savoir s’il est nécessaire de modifier son image de marque ou la redorer, il faut connaître les attentes des consommateurs, et mener une enquête auprès d’eux peut révéler bien des choses.

Les moyens à mettre en œuvre pour modifier son image de marque
Si nous prenons l’exemple de Tati, l’enseigne avait déposé le bilan en 2005 et a été repris par le groupe Eram en 2007, avec un nouveau PDG. C’est en 2013 qu’une nouvelle stratégie voit le jour : un logo revisité, un mix-marketing et une présence forte sur le Web. L’agence accompagne ses clients dans chaque étape de leur développement, même lorsqu’il s’agit de modifier leur image.
Cela nécessite de revoir plusieurs aspects de la stratégie de l’entreprise, tel que :

• Modernisation et renouvellement de l’offre

La mode, les goûts et les tendances évoluent rapidement, il est nécessaire d’adapter ses produits et ses services en fonction de ces changements.
L’offre doit être renouvelée régulièrement pour ne pas lasser les clients et leur donner envie de revenir au plus vite. Tati a repensé son offre en passant d’un modèle de déstockage de saison à la création de produits sous la marque Tati. Une équipe de stylistes est dédiée à cette mission. L’offre est renouvelée toutes les 2 semaines en phase avec la mode et le besoin de renouvellement des consommatrices.

• Modernisation du logo

Il faut parfois commencer par la modification du logo, cela s’associe avec une nouvelle stratégie de communication la plupart du temps. Il sera à décliner sur tous les supports ensuite.


Par exemple, du côté de Tati, le logo sur fond vichy rose avait assez vécu et ne véhiculait plus l’image souhaitée, plus tendance. Le nouveau logo rose vif sur fond blanc donne une image plus moderne à l’enseigne. Le slogan « les plus bas prix » est inchangé mais la nouvelle stratégie de communication de Tati est davantage portée sur l’offre, les magasins et le site Internet.

• L’aménagement du point de vente

L’aménagement du magasin est l’un des piliers de la réussite d’une entreprise. L’apparence, l’ambiance et l’expérience offerte aux clients doivent être attractifs afin de donner envie d’entrer pour la première fois, et aussi de sceller une relation dans le temps. L’aménagement permet de se distinguer des concurrents et de valoriser un positionnement. Dans le cadre du changement de Tati, les nouveaux magasins allient simplicité, plaisir et confort d’achat. Le grand magasin populaire devient une marque vivante, festive et décomplexée pour toute famille. L’intérieur est organisé en mini-boutiques selon tous les univers (mode homme, femme et enfants, lingerie, beauté, décoration, mariage…cf photo). Chaque univers est travaillé comme un véritable spécialiste, tout en restant fidèle à son ADN : démocratiser les tendances de la mode au bon moment, à des prix toujours bas.

• Ne pas négliger le digital

Il est également important de s’ouvrir au digital : renforcer sa présence sur les réseaux sociaux, refaire le site internet en cohérence avec la nouvelle charte graphique et l’image que la marque souhaite véhiculer. Tati et GiFi ont tous deux lancé leur application mobile afin d’accentuer la proximité avec leurs clients, prolonger l’expérience d’achat et générer de l’interaction avec ses clients pour augmenter l’engagement qui est essentiel.

En conclusion…

une enquête menée au préalable peut mettre en lumière les points à améliorer ou à revoir. La connaissance du client est primordiale avant d’entamer toute démarche telle qu’un changement de stratégie de communication. Redorer son image passe par revoir l’identité visuelle de l’entreprise, que ce soit en magasin ou sur le Web ; mais aussi par le discours tenu dans l’accroche publicitaire, le positionnement et le ton des textes qui doivent refléter l’identité visuelle et les attentes des publics. Il faut aussi bien sûr être en veille permanente sur son marché pour être réactif face aux évolutions. Comme on le dit souvent … il faut évoluer avec son temps !

Sophie DE LEHVENFEHLT – INFINITÉS Communication

Relations presse et notoriété : la preuve de efficacité par l’image

Relations presse et notoriété : la preuve de l’efficacité par l’image

– BASKO : Vous connaissez ??

En France, personne ne connaît ou plutôt ne connaissait la marque italienne Basko. Une marque de petits supermarchés de proximité qui est présente dans toute l’Italie, mais surtout dans le nord de du pays, grâce à 60 points de vente. Créé en 1987, elle affiche un chiffre d’affaire de 290 millions d’euros, compte plus de 1350 salariés et se développe en franchise.

Une marque donc inconnue en France et qui n’avait pas vocation à se faire connaître. Cependant, elle fait irruption dans le paysage français, la preuve :

Comme vous avez pu le voir à travers le graphique Google Trends ci-dessus, qui met en avant l’évolution de l’intérêt pour la recherche « Basko » en France sur les 12 derniers mois, on remarque un très important pic de recherches concernant cette marque au sein de notre pays sur ces dernières semaines. 100% représente le moment où les recherches ont été le plus nombreuses. On constate donc un réel pic d’intérêt pour cette recherche en août 2018, par rapport au reste de l’année.

Irruption réelle quant on la met en comparaison avec les recherches effectuées sur des marques de supermarchés français. Confrontons la par exemple avec Coccimarket et G20, sur la même période :

Les marques françaises bénéficient, bien évidemment, d’un nombre de recherches plus importantes tout au long de l’année, pourtant l’intérêt pour Basko rattrape presque le nombre de recherches de G20 en août 2018. Un phénomène très étonnant sachant qu’aucun point de vente de cette marque n’existe en France !

Étrangement, on constate également le même pic d’évolution d’intérêt pour la marque en Italie. Voici un graphique, Google Trends, mettant en avant l’évolution de l’intérêt pour la recherche « Basko » en Italie sur les 12 derniers mois :

Pourquoi les recherches concernant cette marque ont augmenté autant en août 2018 ? La marque aurait-elle bénéficié d’une visibilité médiatique importante ?

Une tragédie la mise au milieu de l’actualité :

Nous nous rappelons tous cette photo. Le tragique effondrement du pont Morandi, à Gênes le mardi 14 août. Une photo hors du commun, liée à un évènement catastrophique qui présente le camion à l’effigie de Basko et son miraculeux chauffeur !

En regardant de plus près les recherches concernant la marque en France entre le 13 août, veille du désastre, et le 20 août, on constate que les pics d’intérêt de recherche sur Basko sont lors des journaux télévisés du 13h et du 20h.

Le nombre de recherches le plus important étant atteint le 16 août à 20h.

 

Cet événement met donc en évidence que la visibilité offerte par les médias apporte de la notoriété. Si une photo où l’on voit une marque attire l’attention et crée de l’engagement, imaginez-vous l’impact que peuvent avoir les relations presse. Cet exemple, qui deviendra sûrement un cas d’école, démontre la dimension qu’une visibilité médiatique peut apporter, tant au niveau de la popularité d’une marque qu’au niveau de la démarche active du grand public, qui traduit l’engagement de ces derniers au sens marketing du terme.

 

Pour mettre en avant que les stratégies de communication sont partout et se créent aussi en fonction de l’actualité, il est à noter que la marque Basko a pris la parole suite à cet événement. Elle a notamment mis le chauffeur au cœur de cette dernière en donnant de ses nouvelles et en affichant ainsi les valeurs de la marque, proximité et bienveillance. Une visibilité qui a profité à Basko en Italie, puisque les ventes ont augmenté durant cette période.

 

On constate, avec cette actualité, que le gain de notoriété entraîne l’évolution des ventes. Cependant un buzz ne mène pas à une mémorisation à long terme de la marque. Par conséquent l’intérêt du grand public chute une fois la mise en lumière terminée. Une communication qui a pour objectif de créer la notoriété d’une marque à long terme, s’inscrit dans une stratégie de mémorisation via de la répétition. On ne communique pas pour le plaisir mais bien pour s’ancrer dans la mémoire du plus grand nombre.

 

Attention, ne vous méprenez pas, à travers cet article, nous ne disons pas qu’il faut profiter d’actualités tragiques pour faire le buzz ! Toutefois, une communication qui marche est essentiellement basée sur l’émotion et la répétition.

 

Chloé VANDYSTADT – Agence INFINITÉS Communication

« Tu seras un homme, mon fils »

« Tu seras un homme, mon fils »

Le 1er juin dernier, la Fondation des Femmes a marqué les esprits avec la diffusion sur TF1, en amont du match de préparation à la Coupe du monde de Football « France – Italie », de sa nouvelle campagne de sensibilisation aux violences faites aux femmes : « Tu seras un homme, mon fils ».

Un film poignant de 45 secondes, réalisé par Jérôme de Gerlache avec, en fond, la voix du rappeur Oxmo Puccino. Inspiré du poème de Rudyard Kipling « Tu seras un homme mon fils », le spot met en avant l’importance de l’éducation et de la transmission de valeurs  propices à favoriser l’égalité, dans la lutte contre les violences et les inégalités envers les femmes. Parce que ce combat ne sera pas gagné sans les hommes, la Fondation des Femmes leur a adressé un message fort ayant pour objectif d’agir pour empêcher la reproduction de ces comportements d’une génération à l’autre.

Pour atteindre leur objectif et mobiliser l’opinion publique, la Fondation des Femmes a mis en place une campagne d’envergure. Avec le soutien de TF1 et France Télévision, le film a notamment bénéficié d’un plan média télé conséquent et surtout d’un lancement fort.  En effet,  le spot a été dévoilé à un moment clé : le match de préparation à la Coupe du monde de Football « France – Italie ». L’événement ayant rassemblé 7 648 000 téléspectateurs, en particulier des hommes, s’est avéré être le moment idéal. Une belle action de communication, bien orchestrée qui met en avant un travail collaboratif réussi. Aujourd’hui notre métier consiste aussi à créer des synergies et mettre en relation des acteurs, parfois très différents, pour créer un échange gagnant-gagnant. Dans le cadre de cette campagne, TF1 et France Télévision, affichent leur soutien à une cause bienveillante et vont dans le sens du gouvernement pour qui l’égalité entre les femmes et les hommes est une priorité.

Dans la même lignée, la Fondation des Femmes a reçu le soutien de la Fédération Française de Rugby qui s’est engagée à diffuser le film auprès des jeunes joueurs, dans les stades et les centres de formation.

Pour finir, toute communication passe aujourd’hui par les réseaux sociaux. Le community management est devenu une expertise clé à maîtriser pour qu’une campagne touche le plus grand nombre. La Fondation des Femmes a donc, en parallèle de sa campagne en télévision, largement diffusé la vidéo sur les réseaux sociaux. Le #TuSerasUnHommeMonFils ayant été repris en masse tant par les médias (BFM, France Info…) que par le grand public.

La campagne de sensibilisation « Tu seras un homme, mon fils » s’affirme comme une communication efficace, qui a su créer l’engagement du plus grand nombre. Mais est-ce qu’une seule campagne réussie, via un « buzz », est suffisante pour avoir des dons pérennes ? Le soutien à cette cause évoquée par un très grand nombre sera-t-il éphémère ou permettra-t-il à la Fondation des Femmes de collecter davantage de dons sur du long terme ?

Lien vers le film : https://www.youtube.com/watch?v=q1e6rFT8E4c

Chloe VANDYSTADT – www.rp-infinies.fr

« La pub est morte, vive les RP »

« La pub est morte, vive les RP »

Dans leur livre « La pub est morte, vive les RP »,  Al et Laura Ries  rappellent les différences entre relations presse et publicités : lancement de la marque d’une part, maintien de sa notoriété d’autre part.  A leurs yeux, ce sont aux RP de générer les perceptions positives que les campagnes de pub pourront ensuite exploiter. La publicité doit s’inscrire dans la continuité des RP et défendre la marque que celles-ci ont créée. Toutes les grandes réussites marketing récentes renvoient à des succès de RP, avec très peu d’investissements publicitaires. Mais quelles sont donc les complémentarités de ces deux outils de communication que l’on pense souvent opposés ?

Publicité… RP… Quèsaco ?

On a parfois tendance à confondre RP et publicité. Il est vrai que la limite peut sembler vague, d’autant plus que les deux utilisent les mêmes supports : les médias. Retour sur les différences entre ces faux jumeaux.

La publicité, c’est la visibilité que l’on achète (Paid Media).

On choisit le contenu que l’on souhaite diffuser et l’on sait exactement quand, et comment ce dernier paraîtra.  C’est une méthode vieille comme le monde que l’entreprise maîtrisé, et sa répétition dépend entièrement du budget disponible. La publicité peut en effet demander un budget conséquent en fonction du type de campagne mené.

Les relations presses sont, quant à elles, une visibilité que l’on obtient (Earned Media).

On parle de RP dès lors qu’une tierce personne (journalistes, influenceurs…) nous mentionne. Elles regroupent l’ensemble des actions effectuées à destination de la presse dans le but d’obtenir une couverture presse à l’entreprise ou à ses produits. Une fois l’information transmise au journaliste, il est seul à décider si il souhaite la traiter, de quelle manière et à quel moment. Il est donc important de nouer des relations solides avec les médias pour assurer des retombées de qualités.

L’impact et l’interprétation d’une pub et des RP pour le commun des mortels est très différents. En effet, une étude relayée par CBNews, en 2013, montrait que seuls 15% des français font confiance aux publicités. À l’inverse, l’impact du bouche-à-oreille est bien plus important en France selon un article de La Tribune. Le bouche-à-oreille, c’est aussi ce qu’apportent les RP. Le public fait davantage confiance au earned media dont une marque bénéficie dans la presse et les blogs, sur les réseaux sociaux, les forums, ou au travers des avis et commentaires des consommateurs.

En termes d’image et de réputation, les RP sont une arme ultime. La publicité à l’inverse offre des possibilités de ciblage incroyable.

Alors pub et RP, complémentaires ou non ?

Et bien… tout est complémentaire. La publicité est essentielle parce qu’elle délivre un contenu à fort impact, important pour asseoir une image. Les RP nouent une relation durable. Elles reposent sur le contenu, le terrain, la visibilité.

Tout dépend donc de l’objectif mené lors de la campagne. Ce dernier déterminera alors l’action et l’outil de communication. Le mix-média reste le plus largement prôné par les professionnels de la communication afin d’harmoniser ces actions et d’étendre leurs succès.

Mais peut-être que l’engouement et le poids  des réseaux sociaux, changeront  à terme la donne sur cette complémentarité…

Aline WEBER  – www.rp-infinies.fr

Comment profiter de la Coupe du Monde pour communiquer autour de sa marque ?

Comment profiter de la Coupe du Monde pour communiquer autour de sa marque ?

La Coupe du Monde, forte de son succès, était l’occasion pour de nombreuses marques de profiter de cet évènement international pour se mettre en avant.

Selon une étude Harris Interactive de début 2018, un français sur deux avait l’intention de suivre la Coupe du Monde de football qui s’est tenue en Russie du 14 juin au 15 juillet 2018. Ce score est encore plus fort auprès des hommes (63% d’entre eux ont cette intention) et auprès des moins de

35 ans (68%). Par rapport à leurs habitudes le reste de l’année, les Français ont déclaré vouloir davantage échanger, commenter et partager à l’occasion de la Coupe du Monde.

Voilà pourquoi il était judicieux de mettre en avant sa marque durant ce mois festif autour du sport le plus médiatisé au monde, et il en est de même pour toutes les opérations sportives de grande ampleur.

Qu’est-il possible de mettre en place pour sa communication ?

Plusieurs possibilités s’offraient alors aux entreprises : une opération commerciale telle qu’une offre spéciale, des ventes privées ou un cadeau à un client avec pour thématique la Coupe du Monde. Par exemple, des TV remboursées si la France gagnait la compétition (ce qui est le cas).

Se rapprocher de sa communauté sur les réseaux sociaux. En effet, les clients fidèles ou attachés à une marque attendent qu’elle soit présente sur les réseaux sociaux pour suivre son actualité et entrer en contact de manière conviviale avec elle.

La Coupe du Monde était aussi l’occasion pour les marques de montrer leur engagement et leur soutien national, ainsi, d’échanger autour d’un sujet fédérateur avec leur communauté. L’interaction peut être enrichie en demandant aux internautes leurs pronostics pour les prochains matchs.

Organisation d’un jeu concours pour faire gagner des lots à des clients ou followers. Cela permet de jouer sur le collectif et l’image de la Coupe du Monde véhiculant notamment les valeurs suivantes : patriotisme, fête, sport et émotion.

Lancer un produit ou créer une offre en édition limitée, en lien avec l’activité de l’entreprise. Par exemple, le lancement d’un burger en rapport avec les Bleus pour un restaurant, des offres comme un menu acheté ou un cocktail : un kit coupe du monde offert (drapeau, perruque, etc…).

Les campagnes de publicités peuvent également intégrer cette thématique afin de toucher un large public, comme par exemple la SNCF (cf photo) qui a joué la carte de l’humour avec le jeu de mot coupe du monde/couper du monde.

De plus, la marque des Poulets de Loué a mis en place une campagne d’affichage faisant apparaître un homme à l’image de Didier Deschamps portant une poule, accompagné du slogan humoristique : « Didier, éleveur de poulets des champs ». Il était possible de commander l’affiche gratuitement pour la recevoir chez soi. Déclencher le rire est un grand atout pour la marque. L’humour dans la publicité impacte l’attention du consommateur et aide à la mémorisation. Ce qui est donc fortement bénéfique pour la marque.

 

Selon nous, les communicants, il est très important aujourd’hui d’ancrer ses actions de communication, publicité et relations presse dans des évènements qui touchent toute la population ou une majorité, comme la fête des mères, fête des pères, Pâques, Noël…lorsque le secteur de l’entreprise le permet. La Coupe du Monde en fait partie, au même titre que les Jeux Olympiques.

En résumé, la période de la Coupe du Monde est idéale pour profiter de l’engouement médiatique engendré par cet évènement mondial !

Communiquer autour de la Coupe du Monde devrait permettre de vendre plus, ou de gagner des clients. C’est pourquoi chaque action de communication doit remonter des statistiques d’évolution de chiffre d’affaires ou de clientèle afin d’en contrôler le ROI.

Nous pouvons tout de même nous demander si communiquer autour de la Coupe du Monde permet réellement de vendre plus, ou de gagner des clients ?

Sophie DE LEHVENFEHLT –  www.rp-infinies.fr

La transparence est-elle LA nouvelle tendance ?

La transparence est-elle LA nouvelle tendance ?

La transparence serait apparemment devenue cool ! C’est en tous cas ce qu’affirme Urban Sublime, un bureau de tendances marketing. Parmi les grandes nouveautés pour 2018, la transparence apparait comme un nouvel élément à mettre en avant dans toutes  les entreprises.

D’après une étude Ipsos, 72% des Français attendent des marques et des entreprises qu’elles soient responsables et transparentes. Les attachés de presse constatent aujourd’hui un vrai besoin de confiance du grand public envers les marques. D’après Abilways, 89% des personnes seraient même capable de quitter une marque si elles s’estiment dupées. Un simple discours « marketing » ne marche plus, il faut des preuves et il faut les afficher.

Tout savoir sur l’entreprise

Aujourd’hui le grand public veut tout savoir sur l’entreprise ! Tant sur comment sont fabriqués les produits, que sur son histoire, sa santé financière, ses projets… D’ailleurs certaines entreprises, comme Maison standards, expliquent clairement leurs coûts, étapes par étapes, ainsi que la distribution de leurs produits sur leur site. Maison standards est d’ailleurs souvent citée comme un bel exemple de transparence !

Cette tendance est également très en vogue dans l’alimentaire grâce notamment aux agriculteurs qui réclament d’être payés à un prix juste et transparent. Un mouvement largement suivi par les consommateurs qui veulent savoir ce qu’ils mangent et combien gagne le producteur. Avec « C’est qui le patron ?« , la première marque dont les produits sont élaborés par les clients, Nicolas Chabanne a chamboulé la consommation.

 

Le but de « C’est qui le patron ? » : créer ensemble des produits bons et responsables, rémunérant tout le monde au juste prix. La transparence est donc au cœur de ce mode de consommation !  

Pour montrer leurs valeurs, les entreprises ouvrent également de plus en plus les portes de leurs usines et mettent en avant leurs salariés. On peut citer par exemple Seat, qui avait mis en scène ses salariés dans une publicité télévisée ou encore Blédina qui a lancé un jeu concours, « Du champs au petit pot », pour inviter des parents témoins en 2017 à venir visiter son usine et ses champs. Des opérations ayant pour but de montrer, en toute simplicité, comment travaille l’entreprise et qu’il n’y a rien à cacher. L’objectif : rassurer le consommateur et créer une relation de confiance.

Avec l’exemple de Blédina on constate également que les consommateurs sont de plus en plus sollicités pour témoigner ou s’investir directement dans les entreprises auxquelles ils croient. C’est d’ailleurs grâce à ce levier que le crowfunding marche aussi bien ! Réglementé depuis octobre 2014, le financement participatif, contribue à un processus de désintermédiation, le particulier est directement en lien avec l’entreprise. Comme succès storie de ce modèle économique, on peut notamment parler du Slip français.

Quand la transparence va encore plus loin

La transparence serait-elle donc la nouvelle tendance car elle s’installe bien plus loin que juste dans la communication des marques ? En effet,  au-delà de la communication des entreprises, la transparence gagne du terrain aussi dans les restaurants ! Aujourd’hui de plus en plus de restaurants ouvrent leurs cuisines ou préparent leurs plats devant les yeux des consommateurs. Ces derniers veulent constater et vérifier par eux-mêmes que ce qui est affirmé par le restaurateur est vrai ! Dans les restaurants sous le modèle économique de la franchise, les têtes de réseaux l’ont bien compris. On peut notamment citer comme exemple les restaurants Subway ou PITAYA ou les plats sont préparés à la commande devant le client. Lieu de vérité par excellence, le consommateur examine la propreté et le processus de confection de son repas. La transparence devient alors un appui de vente et un outil marketing à part entière.

Les réseaux sociaux vecteurs de transparence ?

Sur les réseaux sociaux, grâce notamment aux influenceurs, une marque peut connaître son heure de gloire ou être totalement montré du doigt en toute transparence ! On se souvient notamment, il y a quelques mois du magasin Carrefour d’Evry ou de nombreuses vidéos ont circulé montrant des souris dans le pain proposé au rayon boulangerie. L’erreur ne pardonne pas ! Dans ce type de situation, l’entreprise doit notamment réagir vite et efficacement, c’est ce que l’on appelle une communication de crise.

Aujourd’hui les produits sont pris en photo, détaillés, décortiqués dans les moindres détails… les réseaux sociaux ont une part considérable dans le jugement des consommateurs. Les jeunes ne regardent plus la télé et ne lisent plus, ils sont attentifs à l’avis des influenceurs, un métier en plein développement ! Ces derniers annoncent de plus en plus lorsqu’ils sont payés et n’hésitent pas parler franchement de ce qu’ils testent. Qualités, défauts, avantages, inconvénients, tout est passé au crible. Une marque ne doit rien avoir à cacher ou sinon cela parait très vite suspect !

Allons encore plus loin

 Et si la transparence gagnait aussi le packaging des produits ?  Luzzu, la marque de boissons végétales, a décidé de proposer aux consommateurs un emballage pratiquement transparent afin de permettre à ses clients d’accéder plus directement à l’essence du produit et surtout de montrer que ses produits n’ont rien à cacher ! Lorsqu’on regarde de plus près la marque on découvre aussi que cette dernière est issue d’une campagne de crowfunding, via la plateforme Kiss Kiss Bank bank. Comme quoi la transparence peut faire partie de l’ADN de l’entreprise.

Cependant, la transparence a peut-être ses limites. Dans les années 70, les industriels avaient décidé d’enlever les colorants dans les sirops. Ce fût un réel flop ! Les consommateurs aiment la transparence mais peut-être pas partout.

 Le concept de transparence est une réelle tendance qui marche si l’expérience prodiguée est alignée sur les valeurs et le discours de la marque. Si elle a tout bon, avec le concept de transparence, l’entreprise instaure alors un vrai sentiment de confiance et créée une relation de proximité avec le consommateur. A voir maintenant si cette dernière continue de s’imposer ou si ce n’est qu’une tendance éphémère, répondant simplement à un principe de précaution !

Chloe VANDYSTADT  –  www.rp-infinies.fr