La transparence est-elle LA nouvelle tendance ?

La transparence est-elle LA nouvelle tendance ?

La transparence serait apparemment devenue cool ! C’est en tous cas ce qu’affirme Urban Sublime, un bureau de tendances marketing. Parmi les grandes nouveautés pour 2018, la transparence apparait comme un nouvel élément à mettre en avant dans toutes  les entreprises.

D’après une étude Ipsos, 72% des Français attendent des marques et des entreprises qu’elles soient responsables et transparentes. Les attachés de presse constatent aujourd’hui un vrai besoin de confiance du grand public envers les marques. D’après Abilways, 89% des personnes seraient même capable de quitter une marque si elles s’estiment dupées. Un simple discours « marketing » ne marche plus, il faut des preuves et il faut les afficher.

Tout savoir sur l’entreprise

Aujourd’hui le grand public veut tout savoir sur l’entreprise ! Tant sur comment sont fabriqués les produits, que sur son histoire, sa santé financière, ses projets… D’ailleurs certaines entreprises, comme Maison standards, expliquent clairement leurs coûts, étapes par étapes, ainsi que la distribution de leurs produits sur leur site. Maison standards est d’ailleurs souvent citée comme un bel exemple de transparence !

Cette tendance est également très en vogue dans l’alimentaire grâce notamment aux agriculteurs qui réclament d’être payés à un prix juste et transparent. Un mouvement largement suivi par les consommateurs qui veulent savoir ce qu’ils mangent et combien gagne le producteur. Avec « C’est qui le patron ?« , la première marque dont les produits sont élaborés par les clients, Nicolas Chabanne a chamboulé la consommation.

 

Le but de « C’est qui le patron ? » : créer ensemble des produits bons et responsables, rémunérant tout le monde au juste prix. La transparence est donc au cœur de ce mode de consommation !  

Pour montrer leurs valeurs, les entreprises ouvrent également de plus en plus les portes de leurs usines et mettent en avant leurs salariés. On peut citer par exemple Seat, qui avait mis en scène ses salariés dans une publicité télévisée ou encore Blédina qui a lancé un jeu concours, « Du champs au petit pot », pour inviter des parents témoins en 2017 à venir visiter son usine et ses champs. Des opérations ayant pour but de montrer, en toute simplicité, comment travaille l’entreprise et qu’il n’y a rien à cacher. L’objectif : rassurer le consommateur et créer une relation de confiance.

Avec l’exemple de Blédina on constate également que les consommateurs sont de plus en plus sollicités pour témoigner ou s’investir directement dans les entreprises auxquelles ils croient. C’est d’ailleurs grâce à ce levier que le crowfunding marche aussi bien ! Réglementé depuis octobre 2014, le financement participatif, contribue à un processus de désintermédiation, le particulier est directement en lien avec l’entreprise. Comme succès storie de ce modèle économique, on peut notamment parler du Slip français.

Quand la transparence va encore plus loin

La transparence serait-elle donc la nouvelle tendance car elle s’installe bien plus loin que juste dans la communication des marques ? En effet,  au-delà de la communication des entreprises, la transparence gagne du terrain aussi dans les restaurants ! Aujourd’hui de plus en plus de restaurants ouvrent leurs cuisines ou préparent leurs plats devant les yeux des consommateurs. Ces derniers veulent constater et vérifier par eux-mêmes que ce qui est affirmé par le restaurateur est vrai ! Dans les restaurants sous le modèle économique de la franchise, les têtes de réseaux l’ont bien compris. On peut notamment citer comme exemple les restaurants Subway ou PITAYA ou les plats sont préparés à la commande devant le client. Lieu de vérité par excellence, le consommateur examine la propreté et le processus de confection de son repas. La transparence devient alors un appui de vente et un outil marketing à part entière.

Les réseaux sociaux vecteurs de transparence ?

Sur les réseaux sociaux, grâce notamment aux influenceurs, une marque peut connaître son heure de gloire ou être totalement montré du doigt en toute transparence ! On se souvient notamment, il y a quelques mois du magasin Carrefour d’Evry ou de nombreuses vidéos ont circulé montrant des souris dans le pain proposé au rayon boulangerie. L’erreur ne pardonne pas ! Dans ce type de situation, l’entreprise doit notamment réagir vite et efficacement, c’est ce que l’on appelle une communication de crise.

Aujourd’hui les produits sont pris en photo, détaillés, décortiqués dans les moindres détails… les réseaux sociaux ont une part considérable dans le jugement des consommateurs. Les jeunes ne regardent plus la télé et ne lisent plus, ils sont attentifs à l’avis des influenceurs, un métier en plein développement ! Ces derniers annoncent de plus en plus lorsqu’ils sont payés et n’hésitent pas parler franchement de ce qu’ils testent. Qualités, défauts, avantages, inconvénients, tout est passé au crible. Une marque ne doit rien avoir à cacher ou sinon cela parait très vite suspect !

Allons encore plus loin

 Et si la transparence gagnait aussi le packaging des produits ?  Luzzu, la marque de boissons végétales, a décidé de proposer aux consommateurs un emballage pratiquement transparent afin de permettre à ses clients d’accéder plus directement à l’essence du produit et surtout de montrer que ses produits n’ont rien à cacher ! Lorsqu’on regarde de plus près la marque on découvre aussi que cette dernière est issue d’une campagne de crowfunding, via la plateforme Kiss Kiss Bank bank. Comme quoi la transparence peut faire partie de l’ADN de l’entreprise.

Cependant, la transparence a peut-être ses limites. Dans les années 70, les industriels avaient décidé d’enlever les colorants dans les sirops. Ce fût un réel flop ! Les consommateurs aiment la transparence mais peut-être pas partout.

 Le concept de transparence est une réelle tendance qui marche si l’expérience prodiguée est alignée sur les valeurs et le discours de la marque. Si elle a tout bon, avec le concept de transparence, l’entreprise instaure alors un vrai sentiment de confiance et créée une relation de proximité avec le consommateur. A voir maintenant si cette dernière continue de s’imposer ou si ce n’est qu’une tendance éphémère, répondant simplement à un principe de précaution !

Chloe VANDYSTADT  –  www.rp-infinies.fr